Action Vivre Ensemble est une association catholique de lutte contre l’exclusion sociale qui soutient chaque année environ 90 projets menés en Wallonie et à Bruxelles par des associations de terrain et qui sensibilise aux causes de cette exclusion sociale et pauvreté.  En 2016, l'association sortait une brochure (à télécharger ou à lire en ligne) intitulée :"La monnaie citoyenne : un outil de Transition ?"

Brochure fort complète dans la mesure où elle aborde l'ensemble des éléments constituant cette nouvelle aventure, la création de " monnaies locales citoyennes".  Nous ne pouvons que vous conseiller de prendre connaissance de son contenu dont nous vous livrons quelques extraits

 

 

"Les monnaies citoyennes se développent un peu partout en Belgique. Si nous sommes de plus en plus nombreux à comprendre comment elles fonctionnent et quelles valeurs elles véhiculent, leur rôle dans la transition vers un autre modèle économique reste abstrait. La monnaie citoyenne est-elle réellement un outil de transformation de l’économie ?"

***

" Le déploiement du mouvement des villes et villages en Transition, le discrédit grandissant que connaissent les institutions politiques et économiques traditionnelles, l’envie de participer à un projet concret et le succès du film «Demain» contribuent à la multiplication des monnaies locales ou citoyennes dans nos villes et campagnes. Au point qu’il devient pertinent de s’interroger sur le pouvoir réel que peut exercer ce type d’initiative sur notre économie. Certains, déjà sensibilisés à la consommation locale et responsable, estiment ne pas en avoir besoin. La monnaie citoyenne n’est-elle qu’un coup de pouce à l’économie locale ou peut-elle être un réel outil de transition vers une économie différente?La seule «monnaie» autorisée en Belgique est l’euro. La loi ne permet pas que d’autres monnaies soient émises. Dans lesfaits, de nombreux outils de payement existent. Les chèques-repas, les éco-chèques ou les bons de fidélité, par exemple, sont autant d’outils qui jouent le rôle de monnaie. Les monnaies dites locales ou complémentaires ou encore régionales dont il est question dans cette analyse sont en réalité des «bons de soutien à l’économie locale». Aujourd’hui, les promoteurs de ces bons tentent de populariser l’expression «monnaie citoyenne»."

***

" Notre confiance en un système monétaire basé sur une seule grande monnaie repose sur deux hypothèses implicites. La première est que nous n’avons besoin que d’une seule monnaie, et la seconde que la monnaie est un instrument d’échange neutre.Concernant la première hypothèse, la «monoculture monétaire» n’est pas souhaitable parce qu’elle rend le système économique fragile. (..) Pour ce qui est de la deuxième hypothèse, la neutralité de la monnaie est une illusion."

***

" Ce sont donc bien les règles de fonctionnement d’une monnaie qui influencent le comportement économique.La monnaie n’est pas un outil neutre et diverses monnaies peuvent être créées pour induire différents comportements économiques. La monnaie citoyenne n’est pas une monnaie de substitution, mais bien une monnaie complémentaire.Elle n’a pas pour objectif de remplacer l’euro mais bien d’injecter de la diversité dans le système économique. Le système dominant nous fragilise toujours plus en standardisant et en détruisant sans cesse la diversité. Or, celle-ci est au cœur de toutes initiatives de transition puisqu’elle est une condition sine qua nonau (re)développement de l’autonomie et de la résistance des systèmes, qu’ils soient biologiques, économiques, agricoles ou socio-culturels."

***

" Bien entendu, de nombreux défis sont à relever: il faudrait plus de moyens humains et financiers pour assurer leur développement. Il faudrait que les législations évoluent pour permettre, par exemple, le payement de certaines taxes locales en monnaie citoyenne. Il y a aussi la question de la mise en place de systèmes de payement électronique qui devient rapidement cruciale dans un contexte où les échanges en monnaie papier sont de plus en plus rares. Paradoxalement, les commerçants et les clients semblent plus intéressés par ces monnaies que les producteurs qui y auraient pourtant beaucoup à gagner. Les sensibiliser constitue également un défi. Il faudrait aussi travailler à la mixité sociale des utilisateurs qui fait défaut puisque c’est pour l’instant essentiellement l’échange d’euros qui donne accès à la plupart des monnaies citoyennes. Enfin, il ne faudrait pas que ces mouvements s’essoufflent et que les monnaies citoyennes ne soient qu’un effet de mode. Ceci dit, à l’heure actuelle, les monnaies locales sont apparemment promises à un bel avenir, tant les citoyens décidés à reprendre le contrôle de l’économie (locale) sont de plus en plus nombreux. Alors pourquoi ne pas, nousaussi, donner des valeurs à notre argent? "